Javier Andrada Guerrero

 

Quand j’étais un enfant, je dessinais comme tous les enfants. Quand les boutons ont commencé à sortir, j'ai essayé de dessiner mon chien, mais c'était impossible parce qu’il continuait à bouger.

J'ai aussi essayé de dessiner un pot en argile, mais cela était très ennuyant. J'aurais bien aimé dessiner des visages, mais c'était très compliqué, car les gens n'aiment généralement pas avoir l'air mauvais.

Je ne comprends pas ce qui m'a poussé à continuer à dessiner, vraiment. Peut-être n'y avait-il pas beaucoup plus de choses à faire.

Jusqu'à l'âge de vingt-deux ans, je ne vivais pas encore de dessiner. Quelques années plus tard, un ami m'a dit que je dessinais comme je dessinais parce que je ne savais pas bien dessiner. Sans le savoir, il a mis dans le mille.

J'ai donc essayé de continuer sans bien dessiner ces dernières années. Je n'ai pas arrêté de dessiner, oui, bien que beaucoup moins que ce que j'aurais souhaité. Les jours sont très courts.

Quand ils m'ont dit que des milliers d'exemplaires d'un livre illustré par moi avaient été vendus, j'ai essayé d'imaginer des milliers d'enfants avec mon livre, mais je ne pouvais pas en imaginer plus de vingt ou trente. Je pense que dessiner pour eux est une grande chose.

Il y a ensuite la question de la couleur, de la lumière, de la beauté et de la vie ... mais tout cela est très simple, inutile de parler de cela.

 

télécharger la bibliographie